P0-327px-Chocolat

L’exposition complète

L’histoire du clown Chocolat a été présentée dans un spectacle que l’association DAJA a tourné dans toute la France à partir de 2009. Elle a fait l’objet d’un ouvrage (Gérard Noiriel, Chocolat clown nègre, Editions Bayard, 2012), puis un producteur de cinéma (Mandarin Cinéma) s’est intéressé au sujet. Un film réalisé par Roschdy Zem, avec Omar Sy dans le rôle de Chocolat et James Thierrée dans le rôle de Foottit, est actuellement en préparation (sortie prévue en février 2016).

Nous souhaitons prendre appui sur l’impact médiatique du film interprété par des acteurs très apprécié par le grand public, pour promouvoir un certain nombre d’actions civiques autour de deux grands thèmes :

Enjeu de mémoire et lutte contre les discriminations

  • Enjeu de mémoire : l’exemple emblématique du clown Chocolat sert de support pour rappeler que les Africains ayant connu l’esclavage n’ont pas été seulement des victimes, mais aussi des résistants. Cette résistance a produit une culture spécifique, qui a nourri le spectacle vivant en France dès le XIXe siècle. Aujourd’hui que la figure du tirailleur sénégalais versant son sang pour la France tend à s’imposer comme un nouveau stéréotype, il nous semble important de valoriser le rôle qu’ont joué les artistes noirs dans notre culture populaire.

  • L’histoire du clown Chocolat permet aussi de sensibiliser le public à la question des discriminations, en rappelant les préjugés qu’il a dû affronter, mais aussi les liens de solidarité qu’il a noués (avec Marie sa compagne normande et avec Foottit, son partenaire du Nouveau-Cirque). Nous établissons aussi le lien avec le présent, pour mieux comprendre comment se pose le problème discrimination/solidarité dans la France d’aujourd’hui.

Dossier de presse de l’exposition à télécharger ICI

1.Exposition complète

Nous proposons une exposition complète sur l’histoire du clown Chocolat (20 panneaux) en partenariat avec la Maison des Métallos. La Mairie de Paris parraine le projet et l’a  inaugurée le 2 février 2016. Elle est dès à présent diffusée dans toute la France. Pour que le contenu de cette exposition soit accessible au jeune public qui viendra la visiter nous souhaitons l’accompagner par des animations théâtrales qui présenteront, sous une forme ludique les sketches de Foottit et Chocolat

2. Version numérique de l’exposition

Nous voulons que cette exposition puisse être accessible aux habitants des quartiers populaires qui ne fréquentent pas les musées. C’est la raison pour laquelle, nous avons mis en place un site internet-forum, ce qui permettra d’approfondir plusieurs thèmes de l’exposition « panneaux » (notamment sur la question de l’esclavage, des discriminations dans le spectacle vivant, des préjugés raciaux etc) ainsi que des réponses à des questions concernant les thèmes abordés. Cette version numérique de l’exposition est mise en ligne sur internet et disponible gratuitement pour le grand public. Elle met également en valeur les initiatives locales réalisées autour de Chocolat (voir rubrique « Actualités »).

3. Concours pédagogique avec le CNMHE « la flamme de l’égalité »

Le collectif Daja est partie prenante de l’organisation du concours lancé par le Comité national pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, intitulé : « les flammes de l’égalité » (soutenu par le ministère des Outre-Mer et le ministère de l’Education nationale). L’histoire de Rafael Padilla a été retenue pour illustrer le thème « parcours collectifs et individuels de citoyens issus de l’esclavage ». Nous mettons à la disposition des écoles, des collèges et des lycées des informations et des documents. Pour nourrir l’imaginaire des élèves, nous proposons notre spectacle « Chocolat blues » (seul en scène joué par Gora Diakaté). Une action plus spécifique aura lieu à Paris en collaboration avec la Ligue de l’enseignement (rubrique à venir).

4. Diffusion de l’exposition itinérante et du spectacle « Chocolat blues »

Depuis 2009, notre collectif a tissé des liens avec un grand nombre d’associations, centre socio-culturels, établissement scolaires, maisons pour tous, etc. dans toutes les régions de France. En prenant appui sur l’impact médiatique que suscite le film, nous sollicitons l’ensemble de ce réseau pour donner une dimension nationale à notre projet en diffusant largement l’exposition, le spectacle et les autres formes d’intervention pédagogique prévues, notamment en milieu scolaire.

 

L’exposition : On l’appelait Chocolat, sur les traces d’un artiste sans nom.

Production : Collectif DAJA en coproduction avec Les Petits Ruisseaux.

Remerciements pour leur soutien à la Ville de Paris, le CGET, la DILCRA, la Région Ile-de-France, Gaumont et Mandarin Cinéma.
Remerciements pour leurs dons à Laurent Besse, Alain Français, Annick et Roger-Yves Elias, Jean-Yves Bertrand, Michel Violet, Christiane Duluet, Aboubacar Boina.Remerciements pour leur aide à Aurora Medina, Sandrine Cardon, Dimitria de la Maison Victor Hugo de la Havane, Elise Oudot du FIAP, Mohammed Ouadanne et le réseau Mémoires histoire en Ile-de-france, La Ligue de l’enseignement Paris, Bayard éditions.

Sources : M Lagrange, François Binetruy, Le port de Bilbao, M Agustín Maruri Machado, famille Labille,Catherine Garcia,Famille Laroche-Henry-Baudot, Museo National de Bellas Artes de La Havane, Sylvie Mercier, le Bon Marché, Musée de Montmartre, la Bibliothèque Nationale de France, Le Musée des Beaux-arts de Limoges, Le Musée des arts décoratifs, le Musée Toulouse Lautrec d’Albi, la Réunion des Musées Nationaux, les agences : La Parisienne de la photographie, Roger Viollet, Docpix, Kharbine Tapabor.

Commissaire de l’exposition : Gérard Noiriel

Réalisation : Martine Derrier

Assistante : Bénédicte Ferreira

Graphisme : Alexandre Berger

Installation accrochage lumières : l ‘équipe de la Maison des Métallos

Imprimeur Graphipro

Cette exposition relate l’histoire d’un jeune esclave cubain, vendu à un marchand espagnol, qui est devenu à la fin du XIXe siècle le premier artiste noir ayant connu la célébrité en France. Avec son compère Foottit ils ont été, pendant plus de vingt ans, les grandes vedettes du prestigieux Nouveau Cirque, installé au 231 rue Saint Honoré, dans le premier arrondissement de Paris. Foottit et Chocolat ont inventé la comédie clownesque, le duo associant le clown blanc et l’auguste. Sollicités par Emile Reynaud, puis par les frères Lumière, ils ont été aussi les premiers acteurs du cinéma muet. Haute figure de la vie parisienne à la Belle Epoque, lié à Toulouse-Lautrec, Debussy, Alphonse Allais, Firmin Gémier et bien d’autres, le clown Chocolat est tombé dans un injuste oubli après sa mort en 1917. Enterré dans une fosse en pleine terre à Bordeaux, il ne reste aujourd’hui aucune trace de lui. Jusqu’ici, Paris n’a jamais manifesté le moindre intérêt pour cet artiste qui a pourtant beaucoup contribué au prestige de la ville. Elle lui rendra néanmoins hommage en début de l’année 2016 en inaugurant une plaque commémorative à l’emplacement du Nouveau Cirque aujourd’hui détruit.

Chocolat, le film est sorti le 3 février 2016 sur nos écrans, avec l’acteur Omar Sy dans le rôle de Chocolat. La biographie publiée par Gérard Noiriel sous le titre : Chocolat. La véritable histoire d’un homme sans nom, est éditée depuis janvier. Notre exposition accompagne ces événements. Au cours de ses recherches, Gérard Noiriel a rassemblé une importante documentation iconographique : affiches, photographies, extraits de journaux et de films, caricatures, images publicitaires, documents sonores, qui seront présentés pour la première fois au grand public. La convergence de ces initiatives permettra non seulement de rendre hommage à cet artiste, mais aussi de montrer aux Français le rôle que des esclaves affranchis comme lui ont joué dans l’histoire de notre patrimoine culturel.

 

Cette exposition sera à Strasbourg dès la fin septembre avec Strasbourg méditerranée.

Panneau-titre: ON L’APPELAIT « CHOCOLAT » Sur les traces d’un artiste sans nom

Panneau 1: De La Havane à Bilbao

Panneau 2: La présence du monde noir dans le spectacle parisien (fin du XIXe siècle)

Panneau 3: Un étrange représentant de notre espèce

Panneau 4: Le Nouveau-Cirque

Panneau 5: « Un étrange représentant de notre espèce ».

Panneau 6: Chocolat caricaturé par Toulouse-Lautrec

Panneau 7: Mime et danseur

Panneau 8: Portraits

Panneau 9: Entrée clownesques

Panneau 10: Le regard des peintres

Panneau 11 à 14: Guillaume Tell

Panneau 15 et 16: Pantomimes et performances

Panneau 17: Chocolat, l’un des premiers personnage de la publicité

Panneau 18: Les guignols de l’info

Panneau 19: Le premier clown thérapeute.

Panneau 20: Chocolat dans l’imaginaire des enfants : jeux, découpages et jouets

Panneau 21: Chocolat boxant avec un kangourou

Panneau 22: « Joyeux nègres »

Panneau 23: Après le nouveau cirque

Panneau 24: Carte des lieux où il s’est produit, portrait de quelques personnalités qui l’ont applaudi

Panneau 25: Le début de la fin

Panneau 26: Combats de mémoire

Panneau 27: La mémoire retrouvée avec Daja et Marcel Bozonnet.

Panneau 28 : La mémoire retrouvée avec le film

(images du film « Chocolat »réalisé par Roschdy Zem)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *