Omar sy

Le film de Roschdy Zem : Distribution

Avec Omar Sy, James Thierrée, Olivier Gourmet, Frédéric Pierrot, Noémie Lvovsky, Clotilde Hesme, Alice de Lencquesaing.

 Entretien avec Roschdy Zem :

 » Omar était déjà dans l’aventure quand on vous a soumis le projet. A quel moment avez-vous songé à James Thierrée pour le rôle de Footit ?

On pourrait penser que la meilleure idée était d’associer Omar à une autre personnalité connue du grand public. Mais pour ce rôle, il fallait quelqu’un du sérail. Or James est non seulement acteur, mais il créé ses propres spectacles. A l’évocation de son nom, l’enthousiasme fut unanime. Associer Omar Sy et James Thierrée… ça claque ! Et c’est inédit. Avec leurs qualités intrinsèques, je savais que la rencontre produirait quelque chose d’explosif. Je n’ai pas été déçu…

Comment s’est déroulé le reste du casting ?

-Tous les acteurs approchés ont dit oui. Sur mes films précédents j’ai parfois essuyé desrefus, et il y a des comédiens que je n’ai pas osé solliciter pour 5 ou 6 jours de tournage.Pour ce film, des acteurs habitués aux premiers rôles ont non seulement accepté, mais ont répondu très vite. Bruno et Denis Podalydès qui interprètent les frères Lumière m’ont donné un oui immédiat alors qu’ils n’avaient qu’une journée de tournage. Même enthousiasme chez Olivier Gourmet, Noémie Lvovski, Clotilde Hesme, Frédéric Pierrot. Hormis l’engouement suscité par le scénario, j’ai senti chez eux le plaisir de travailler avec Omar. En règle générale, je crois davantage aux rencontres qu’aux essais.

Entretien avec Eric et Nicolas Altmayer

Que partagent Omar et Chocolat ?

EA : Une même nature enthousiaste portée vers le rire et le plaisir. Plus tard, on s’est rendu compte qu’il y avait d’autres résonances. Omar est certainement la première grande vedette de cinéma de couleur en France. Comme Chocolat, il a ouvert une brèche. Comme lui, il forme un couple mixte. Il a démarré en duo avec Fred ; Chocolat avec Footit. On retrouve aussi chez les deux artistes une même implication dans les hôpitaux pour faire rire les enfants. On ne se doutait pas qu’on aurait un acteur quisoit autant Chocolat, ni que James Thierrée serait autant Footit. Ce qui fait partie de la magie du projet.

 

Le film n’est pas un Biopic mais une fiction inspirée du livre de Gérard Noiriel sur la vie de Chocolat…

-NA : Gérard Noiriel ne voyait pas d’inconvénients à ce qu’on prenne quelques libertés avec la réalité historique. L’important était qu’on ne trahisse pas l’esprit, et que les évènements restent vraisemblables. Pour ce qui concerne le contexte historique, nous avons fait appel à des documentalistes, et Cyril Gély s’est attaché à être conforme à la réalité de l’époque ».

Une réflexion sur “Le film de Roschdy Zem : Distribution

  1. Jamais la ressemblance physique entre Thierré et son grand-père Charlie Chaplin , n’aura été été à ce point mise en évidence. Il est probable qu’elle participe à souligner le jeu très subtil de l’artiste en renvoyant aux spectateurs, qui ont en tête le visage du Chaplin de ses dernières années, une certaine familiarité et d’intelligence avec le Charlot du Dictateur et celui des Temps modernes. Le film touche à la grande profondeur dès que Footit-Thierrée apparaît. Le réalisateur Roschdy Zem dit qu’il s’est « accordé quelques libertés avec la réalité historique » apportée par Gérard Noiriel, pourquoi alors a-t-il choisi de donner aux femmes les rôles de tels clichés négatifs : l’épouse autoritaire, la fiancée surveillée par son père et éconduite, la prostituée, la belle infirmière qui se sacrifie, la femme miséreuse avec son nourrisson. Comme si, quand il s’agit des femmes, le réalisateur choisissait, quand cela l’arrange, de dissimuler ses choix derrière Toulouse Lautrec et la réalité historique, mais quand il s’agit des hommes toute la palette des figures apparaît du plus médiocre au plus magnifique…Comme si, depuis le début du XX° siècle, rien n’avait changé. « Chocolat » est alors peut -être le film réalisé par un homme qui se donne le beau rôle. Et c’est bien dommage pour l’histoire.

Commentaires clos.